1
 
 
     
 

La grande canotée du Canadien errant : Joseph La France

Sous le titre de A New Map of Part of North America..., que lui a attribué un certain Arthur Dobbs en 1744, deux décennies donc avant le Traité de Paris et la Proclamation royale à Londres, le document reproduit ci-dessous apparaît comme l’un des témoignages les plus remarquables de la littérature canadienne apocryphe. Dès qu’on examine de près ce qui s’en dégage, on est pris de vertige, une émotion indicible nous traverse... celle qui balaye la prairie à perte de vue et qui souffle au grand large de la toundra. On aperçoit un homme debout sur l’espace, au milieu de la Nord-Amérique et qui, se levant légèrement sur ses mocassins, contemple d’un seul coup d’œil l’Arctique et le Pacifique pour laisser glisser son regard jusqu’au Mexique et la Caraïbe, en passant par le Mississipi...

Il ne s’agit pas d’une simple transposition cartographique, mais de l’un des tout premiers poèmes géographiques d’une Franco-Amérique métisse toujours en formation. Plus encore, on se trouve en présence de l’ossature vertébrale d’un codex inédit qui jamais ne pourra être traduit, faute d’un scribe attentif pour en transcrire les glyphes et en appréhender les strophes... À l’instar de nombreux écrivains analphabètes à la mémoire hypertrophiée, dépositaire de traditions séculaires et de mythologies millénaires, l’homme qui est à l’origine de ce document transporte un demi continent dans sa tête et portage sur ses épaules un Katarakoui et un Meschacébé. Déambulant à travers un dédale de rivières et un lacis de lacs, il a dressé sa loge au voisinage d’une coulée, installé sa table sur quelque bloc erratique déposé là pour la circonstance par un thaumaturge géologique ou un manitou indulgent et débonnaire.

On ne trouvera jamais son parcours et sa vie dans un récit de voyage adressé aux princes, aux prélats et aux rois, on ne verra jamais sa signature au bas des découvertes, car il est lui-même découverte ambulante et imprévue. Il est French Canadese Indian, selon les mots mêmes de Dobbs, auquel on doit reconnaissance d’avoir su si bien l’identifier. Il est «le» French Canadese Indian, le voyageur canayen impénitent non planifié par l’histoire qui apparaît derrière la cataracte du Niagara, les sept cités de Cibola, l’antre secret du Colorado, la grande coulée de l’Arizona ou le refuge de la Ouabache-Ozarks. Ministre plénipotentiaire de l’espace, député sans portefeuilles du Monde nouveau, Joseph La France est celui qui est là sur la berge quand se pointent les découvreurs, s’amènent les missionnaires ou s’avancent les militaires. Il a devancé l’amont et dépassé l’aval. Il est l’incognito de la terra incognita... who travaled thro those Countries and Lakes for 3 Years du côté de son ascendant paternel et pour trois ou trente millénaires du côté de son ascendant maternel. Il est la version non retenue des faits qu’on attrape un jour à la esquina de la madrugada, entre l’horizon et le firmament, pour en extraire la moelle et en presser la substance géographique afin de les déposer dans son carnet impérial…

Jean Morisset

Extrait de la grande canotée du Canadien errant : Joseph La France  Suite —>
 
     
 
   
  carte de Joseph la France - agrandir  
 

A New Map of Part of North America as described by Joseph La France
(Transcription cartographique: Arthur Dobbs, 1744)

 
   
 
     
 

morisste

 

Jean Morisset
Natif de St-Michel-de-Bellechasse (Chaudière-Appalaches, Québec), fils de navigateur au long cours et pilote du Katarakoui (Saint-Laurent), Jean Morisset n’a cessé de poursuivre une vaste interrogation sur l’identité et le destin des Amériques, la géographie aborigène et la mythologie géologique.
Professeur associé au département de géographie de l’Université du Québec à Montréal, il a publié, entre autres, L’Homme de glace. Navigations et autres géographies (1995), Louis Riel, poèmes amériquains (1997), Récits de la Terre première (2000), Amériques (en collaboration avec Éric Waddell, 2000), Chants polaires (2002) et plus récemment, Marée-lumière (2008), Les chiens s’entre-dévorent (2009) et Haïti délibérée (2011).
Prépare actuellement un nouvel ouvrage:
Le mensonge identitaire (parution 2013)

 

 
     
La carte comme point de vue
Haut de page Écrire ŕ l'auteur